Congédier un Président ?

Conseillers en management

Conseil En Gouvernance1

Congédier un Président ?

Qu’est-ce qui amène une entreprise à congédier un Président?

Les résultats me direz-vous, mais ce n’est pas toujours le cas. Il y a quelques années le siège social d’une entreprise nous a expliqué qu’il y avait possiblement des enjeux au sein du conseil d’administration d’une de leurs filiales. Le président du siège social n’était pas en mesure d’expliquer la nature, ni la portée des enjeux, de plus, les résultats étaient excellents. Il nous a demandé d’effectuer un audit organisationnel pour voir quelle était la nature du problème et si nous pouvions contribuer à le résoudre, le cas échéant.

L’audit a révélé que le malaise au sein du conseil était créé essentiellement par le comportent du président. . En effet, les membres du conseil reprochaient au président son attitude à tenter de convaincre plutôt que de présenter et d’expliquer les différents enjeux au sujet desquels il faudrait éventuellement prendre une décision. Enfin, son orgueil était omniprésent dans ses rapports personnels.

Nous avons présenté le rapport de l’audit organisationnel au siège social et avec l’accord du président du conseil de la filiale nous avons proposé un programme de coaching pour le président. list of domains Lors de cette rencontre, tout le monde était d’accord pour établir les chances de succès à très faibles. Le président du conseil et moi-même avons rencontré le président à quelques reprises dans le cadre de ce programme et nous n’étions pas surpris de constater que la réceptivité était non seulement très faible, mais absente.

Quoi retenir de ce cas?

Il y a un vieil adage en matière de recrutement qui se formule de la façon suivante : « On embauche sur la base des compétences et on congédie sur la base du comportement. »

Cette réalité s’applique également pour les présidents. Voici un autre exemple : il y a quelques années un président directeur général voulait nous confier un mandat pour effectuer un audit organisationnel qui inclurait le fonctionnement du conseil d’administration. Nous lui avons expliqué que ce serait probablement intéressant et utile, mais que ce n’était pas à lui de nous mandater et que le mandat devrait nous être confié que par le conseil d’administration. Bien entendu, il n’était pas très content et a confié le mandat à une autre société de consultation. La réaction des membres du conseil a été virulente et après quelques semaines de turbulence, il a été congédié! C’est aussi pire que de tromper son conjoint ou sa conjointe, la réaction est virulente dans les deux cas!

Je lisais récemment un article d’un ancien président d’une grande entreprise du Québec qui avait été congédié principalement pour des résultats plus que décevants. Les résultats décevants avaient principalement pour origine des acquisitions presque à tout-vent et à des prix trop élevés. google down Dans son article l’ancien président tentait de démontrer que le conseil doit soutenir le président dans ses décisions et qu’en d’autres termes le conseil était responsable finalement de son congédiement. Voici un autre cas où la personne n’a rien compris de ce que sont les principes de gouvernance.

Il y avait un de mes anciens clients, président d’un conseil d’administration, qui se plaignait du fait que le président tentait de s’en faire un ami notamment en lui demandant parfois son opinion et en formulant certains compliments. Le président du conseil me disait : « y a pas compris que c’est moi le curé. » En d’autres termes, il est impératif, au cours de sa carrière, de bien connaître les principes de la gouvernance et surtout comprendre « comment » fonctionne la gouvernance. À titre d’exemple, George Bush en parlant des enjeux au sujet des talibans du Pakistan disait de son président: « on s’entend sur l’aspect stratégique, mais pas sur l’aspect tactique. »

Combien de fois voyons-nous ce genre de situation auprès d´entreprises et d´organisations au Québec? Trop souvent. La compétence, la motivation, la vision et le dynamisme d´un président ne suffisent pas, il est impératif qu’il maîtrise très bien tous les aspects de la gouvernance.

À propos de l'auteur

Pierre DionPIERRE DION, M.Sc., R.I. a été membre actif de l’Institut des conseillers en management et de la Corporation des administrateurs agréés. Pendant plusieurs années, il fût également membre du conseil d’administration de l’Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles, du conseil du Centre canadien d’études et de coopération internationale (CECI) et du Conseil des programmes en relations industrielles de l’Université de Montréal.Voir tous les articles de Pierre Dion

Dion Management est une société en consultation spécialisée en recherche de cadres supérieurs, en audit en management, en efficacité organisationnelle et en gouvernance.